Francamente 2

Pourquoi les impôts ne font que toujours augmenter ? Quoi alors revendiquer ? L’idéal de référence est que l’État (minimum et indispensable !) soit financé plutôt par la fiscalité sur la consommation et non sur la base des revenus : que l’on taxe surtout la consommation et non le travail et le mérite ! Que l’on soit libre de créer la richesse sans trop consommer (l’horrible surconsommation massifiée !). C’est la règle déjà bien connue des sacrifices de la part des petits entrepreneurs, toujours plus seuls dans la création de richesse matérielle, culturelle et spirituelle

Pourquoi on est confus par la pensée unique ? Parce qu’on n’a plus d’idéaux solides au moins comme critères de jugement ! Qui est plus important et doit prévaloir, la Personne ou l’État ? Désormais c’est un lieu commun : l’État est toujours en très large prévalence sur la Personne. Cela n’est que la première dérivation de la négation […]

Comment dans l’Église catholique on concilie la contestation de l’hérésie moderniste de l’actuel Pape et ses nombreux prélats, tout en assurant la sacrée unité ecclésiale anti schismatique ? L’indispensable prière dans la sainte Messe de l’« Una cum », et la radicale différence entre l’obéissance « pétrinienne » par rapport à celle seulement « papale »

Le chef de l’Église est Jésus Christ. Son Vicaire sur Terre ne l’est qu’en parfaite obéissance à la Vérité de la Doctrine évangélique et de la Tradition du Magistère éternel, pour le Dépôt de la Foi « Le modernisme – disait saint Pie X dans son encyclique rigoureuse de 1907 « Pascendi dominicis gregis » – est la […]

En réalité même les catholiques les plus fidèles et prestigieux, profondément antimodernistes par rapport à l’actuel pontificat aussi protestantisant, risquent de croire tout de même très peu dans l’éternelle Résurrection de l’Église (pour le bien et le salut de l’humanité et de son monde, auquel elle n’appartiendra jamais). Surtout sur le plan politique de son et unique parti : conçu pour lutter irréductiblement contre le gnosticisme toujours damné et pour le bien commun

On peut dire que toute l’intellectualité Italienne du vingtième siècle, bien que très talentueuse, n’a fait qu’avaler acritiquement et avec distraction sinon toujours complice, l’horrible mythologie de la culture gnostiques et anticatholique : des marxistes aux libéraux, libéristes et libertins Il a fallu la célébration du 150e de l’unité d’Italie pour que de toutes premières critiques […]

La tragique insignifiance politique des catholiques européens est fondée sur le « vote utile », sur le « mal mineur » ou sur d’autres similaires et dévastant sottises de type herméneutiques. « Le catholicisme ne redeviendra majoritaire que lorsqu’il – c’est factuel ! – renoncera au compromis », affirme l’enseignement de la DSÉ (Doctrine Sociale de l’Église). Ce n’est pas par hasard si celle-ci est intransigeante, même si apparemment perdante, avec ses « Principes non négociables » !

L’exemple des actuelles petites astuces procédurales ou de compromis, auxquelles une certaine élite de catholiques est encore en train de se soumettre (concernant la future loi italienne sur l’euthanasie), montre l’inanité récidive de la subordination perdante du catholicisme au toujours illusoire ou éphémère succès mondain Un clair et magistral article publié récemment sur l’Observatoire van […]

« T’as voté à ces dernières élections européennes pour le parti Peuple de la Famille et tu l’as bien affiché » : m’a-t-on dit des amis. « Alors, tu es contre la Lega de Salvini ? Pourquoi as-tu voté pour un parti plus que minuscule en rendant aussi inutilisables ses par ailleurs très peu de voix ? ». Ils viennent aussi de me s’adresser avec ces mots. Voici ma réponse

Tout était hélas prévu ! Je l’avais écrit à l’avance. Mais, en politique, il n’existe hélas que le résultat quantitatif. Tout de même il y a plusieurs priorités propres à la phase de fondation d’un parti… Les votations en démocratie ont toujours des significations qui dépassent largement le strict résultat comptable, perçu et concernant aux sièges […]

Les malheurs dans la modernité, immergée dans le chaos barbare et toujours fatalement totalitaire, dépendent de la confusion culturelle qui règne parmi les différentes dimensions dans lesquelles patauge la vie humaine. L’étatisme est, dans son origine primordiale, la source des malheurs dans l’immanence par rapport à la suprême et centripète responsabilité de sa spiritualité : l’indispensable caractère urgent d’un parti laïc et identitaire, vraiment complètement chrétien !

Où nait-il vraiment l’horreur de l’étatisme et où on constate ce que c’est dans la société moderne le laïcisme en relation à la laïcité. Laquelle a été « inventée » par le christianisme lui-même Au fonds, le problème central politique de notre ère – à partir de l’antiquité – est toujours le même : il est l’étatisme. Mais […]

J’essaie ici naïvement de voir et expliquer le fondement primordial de la pédagogie de Communion et Libération : le « principe d’expérience ». Il m’avait conquis en 1962 après la rencontre avec père Giussani à Milan, lorsque j’étais ouvrier et je fréquentais l’institut pour techniciens métal-mécaniques de soir. L’archevêque Montini, avant qu’il devienne pape Paul VI, avait dirigé une conversation avec l’historique fondateur de CL sur le même sujet crucial : il l’avait beaucoup intrigué, comme d’ailleurs par après

« D’abord la doctrine et après l’expérience », c’était (et cela reste éternellement) le principe méthodologique pastoral de l’Église : père Giussani l’avait (apparemment) renversé pour construire le plus grand et profond mouvement ecclésial du siècle dernier L’archevêque de Milan n’en revenait pas : comment père Giussani avait-il pu construire peut-être le mouvement ecclésial le plus vivant et de […]

Pape François fait plus que la lavande des pieds comme liturgiquement enseigné et prescrit par Jésus : notre pontife s’est agenouillé pour donner la bise même aux chaussures des fonctionnaires d’une ambassade africaine, abasourdis par ce geste sans précédents. De quelle dérive pleine de complexes multiculturalistes occidentaux vient-il ce geste tant emblématique ?

Outre au fait que tous les évêques – tous ! – des Pays d’émigration sont opposés à l’exode vers les « paradis »… européens, notre pontife devrait être au moins heureux des critiques contre son soutien absurde à l’accueil de masse extracommunautaires et en pleine barbarie L’on connaît bien l’opposition unanime des pasteurs non seulement catholiques, dans les […]

Dans une de ses semaines dites « intermittentes », Pape François avait très justement souhaité que ce soient les catholiques laïcs à prendre l’initiative sur les thèmes du social et de la politique. En effet, il y a trois ans, le parti laïc Peuple de la Famille était fondé, inspiré rigoureusement à la DSÉ (Doctrine Sociale de l’Église). Mais très peu d’évêques ont donné suite à la directive pétrinienne : en effet, le président de l’organe le plus haut des pasteurs italiens, cardinal Bassetti, vient de prendre position, à la faveur des gnostiques européistes (mondialistes), en surcroît de Bruxelles !

Aujourd’hui l’européisme de l’UE (à ne pas confondre avec l’Europe) coïncide avec la position politique du mondialisme anticatholique et post-religieux, toujours gnostique et franc-maçon La société laïque moderne est bien autre chose du laïcisme dominant dans l’univers politique de nos jours, mondialiste et européiste. Lorsque Jésus avait formulé, le premier dans l’histoire, l’idée de la […]

En extrême synthèse, on peut dire que les populations sont en lutte, de nos jours, avec deux partis fondamentaux : les « mondialistes » (idéologiques et totalitaires, donc gnostiques), contre les « populistes » (plutôt religieux dits souverainistes). Pourquoi la vérité définie par le mot « glocalisme », créé par les Californiens au début des années 90, n’a pas eu le succès espéré dans la culture spirituelle et dans la politique opérationnelle ?

Le mot « glocalisme » est formé de la fusion de deux termes en lutte implicite et féroce, mais tout de même infondée : globalisme et localisme, autant inséparables que complémentaires On ne peut être mondialiste qu’en étant localiste, naturellement souverainiste là où on s’est touvé involontairement. Déjà le Latin Sénèque l’affirmait : « Celui qui est partout n’est nulle […]