Francamente 2

Pape Benoit XVI l’avait définie génialement la « Dictature du relativisme ». Et ceci pendant qu’il stigmatisait le gouffre dans lequel une majorité de nos contemporains est tombé tragiquement et, en apparence, d’une façon irrémédiable : presque tous, des plus jeunes adolescents aux plus vieux peureux de trépasser par le soi-disant Covid ; ou bien, à partir des plus miséreux et massifiés incultes, jusqu’aux plus méditatifs et spéculatifs « philosophes » dits modernes, sont devenus relativistes face au point crucial et éternel de la Vérité.

Toute l’« intellectualité » – si on ose dire – de notre ère, fonde sa « certitude » sur le sophisme, en plus impossible à démontrer, que la « Vérité n’existe pas et inutilement on la recherche ». Vraiment tous les contemporains en bloc? Et même si la culture dominante est actuellement totalitaire au point que le NOM (Nouvel Ordre Mondial) déjà […]

La recherche du Vrai certain s’est toujours déroulée dans l’intention, progressivement près du point crucial le plus important de l’homme dans l’histoire. Mais à la fin du Moyen Âge, le même homme semble qu’il se soit fatigué de ne pas l’avoir trouvé d’une manière intellectualiste, définitive et accomplie. Maintenant, il a ainsi atteint le niveau autonomiste de ne pas pouvoir sciemment la trouver avec sa chère philosophie, on ne peut plus sophistiquée. Laquelle, par contre, n’est que l’instrument qui lui permet – au mieux – de l’approfondir !

Comment donc arriver à penser que pour trouver la Vérité certaine, il faut – apparemment dans l’illogique  – d’abord l’aimer avant et non évidemment (dans l’impossibilité), après l’avoir connue ? Donc pour ne jamais la rencontrer que dans la Révélation essentielle de l’’’Incarnation’’ ! Après Sa Création, Dieu a sans doute constaté que l’homme n’arrivait pas vraiment […]

L’horrible et inactuelle actualité de Pape François, contre le rite en latin de la Messe, s’est révélée, encore une fois, celle principale et indéfectible de son Pontificat : protestantiser et hérétiser l’Église catholique de l’intérieur, en y ajutant une énième « pierre angulaire » à sa construction dite de la « Nouvelle Église », ranhériennement saintgalliste. Celle prête à s’intégrer dans le projet syncrétique, actuellement gagnant, du NOM (Nouvel Ordre Mondial) : irréligieux, franc-maçon et moderniste.

Pape François inflige un coup avec ce « Motu proprio » d’il a une semaine, toujours très destructeur de la stratégie inclusive et anti-ostracise de Pape Benoit XVI, au « Traditionalisme du Concile tridentin » et de l’ex-excommunié monseigneur Lefebvre… Pape Emérite Ratzinger avait réintégré dans la Communion de l’Église non seulement la Fraternité Pape saint Pie X,  fondée […]

C’est quand que la vision étriqué de l’actuelle droite politique va-t-elle se libérer de l’esclavage de se focaliser exclusivement sur la dimension politicienne, irréligieuse et gnostique de sa racine idéologique ? Laquelle a enfanté ses mouvements et les partis politiques qui continuent à empiéter nos existences dans l’envahissant gauchisme failli. Et ceci pendant qu’entre gauche et droite il ne reste que l’opposition « féroce », d’une différence limitée au quantitatif !

Il ne faut pas sortir de l’Union Européenne, mais de ses Traités et de la gestion injuste de son « Euro », conçue depuis le début à l’envers : sans homogénéité politique et économique. La mythologique princesse appelée Europe «enlevée au dos d’un puissant taureau » remonte à il y a plus de trois mille ans, dans l’ancienne Grèce. […]

Je suis entré reconnaissant dans mon septante-huitième printemps et, pour autant que l’on puisse vraiment “expliquer” comment devenir philosophiquement Catholique, je vais moi aussi essayer de dire rapidement (malgré les dimensions d’un blog), quel a été mon parcours spirituel, théorique et culturel en tant que Christocentrique. J’ai dû travailler depuis 1959, à quinze ans comme apprenti ouvrier à Milan, pour “finir” en 2017 comme petit entrepreneur, toujours très fier à Bruxelles.

La nôtre est l’ère dans laquelle on se délecte souvent avec sa propre autobiographie, fatalement écervelée, à moins de trente ans. “Diplômé technicien métal-mécanique” avec six ans à l’école de soir pendant que je travaillais comme ouvrier électromécanicien dans une entreprise d’entretiens de trams, je suis arrivé – si on peut dire – au cœur […]

Le Nouvel Ordre Mondial (NOM) semble avoir gagné politiquement sur toute la ligne contre les forces de la Vérité résistante. Lesquelles soutiennent le grand combat spirituel avec la partie soumise au pouvoir exclusivement gnostique du monde d’aujourd’hui. Celle-ci est constituée par une population massifiée et terrorisée dans la passivation, désormais volontairement accoutumée au pouvoir diabolique, pour un esclavage endémique et soft. Même le clergé bergoglien est totalement aligné à ce pouvoir mondialiste, le plus astucieusement oppresseur de l’histoire !

Au lieu de profiter de l’opportunité historique en s’opposant à ce grand projet de falsification liberticide du NOM, l’actuel Pontificat catholique soutient la ligne politique tyrannique qui apparaît ainsi très gagnante. Surtout grâce à l’oppression soi-disant “thérapeutique” et à un hédonisme clochard, résidu d’une éternelle aliénation subordonnée, difficile à faire disparaître. Après la confession publique, […]

Quand doivent-ils obéir à l’Autorité enseignante les fidèles disciples à l’Autorité, dans l’Église catholique ? Normalement toujours ! Mais non lorsqu’ Elle, comme actuellement avec ce dernier Pontificat, ne soit pas rigoureusement théologique, christocentrique et solennellement unitaire en pleine connaissance consciente. En effet, cette Eglise aussi dissoute et bouillie se situe d’une façon relativiste dans l’opinionisme subjectif, même massifié, maintenant pratiqué avec la technique intermittente !

Mais qui est-il vraiment Autorité ? Quand la hiérarchie cléricale adhère à l’anthropocentrisme  n’est pas, ni prétend être, enseignante : c’est-à-dire, elle patauge dans le relativisme hétérodoxe. Le droit-devoir ontologique de l’enseignement du Christianisme dépend évidemment, comme l’obéissance, de la rigueur de la doctrine à enseigner. Quand dans l’Église se dispense l’erreur, l’hérésie et s’invoquent […]

Mais où est-il écrit ou bien dit, dans le Catholicisme, qu’il faut obéir à un Pape ouvertement hérétique ? Lequel alterne, d’une façon intermittente, l’infidélité théologique la plus éclatante et publique aux nombreuses traditions très motivées ecclésiologiques auxquelles il n’attribue d’ailleurs que très peu et formelle importance. Il faut au contraire redoubler ou tripler les prières, pour sa conversion et de son Clergé à la christocentricité : à partir du cancer du modernisme dans sa soi-disant

Saint Pie X avait consacré une encyclique au modernisme (“Pascendi”, 1907) dans laquelle, réaliste pour le passé et prophétique pour le futur, il annonçait précisément ce qui est en train d’arriver. La décision des modernistes hérétiques a été, dès le début, de demeurer à l’intérieur de l’Église catholique et non d’en sortir. Dans l’espoir de […]

L’héresie de Pape François se présente aussi sur le plan économique : il vient de réitérer sa position officielle (et de son Clergé) par rapport au centre de la conception économique : celle relative à la propriété privée, laquelle, d’après lui

La Doctrine Sociale de l’Église (DSÉ) professe, sous le signe de la responsabilité et depuis cinq millénaires (!) religieux jusqu’au Catholicisme actuel, déjà dans l’Ancien Testament, le sacro-saint droit et devoir de propriété et de la domination personnelle de l’homme sur les Biens de la Terre. Comme s’il n’était pas Pape, à l’enseigne d’un simple […]

Les populations de la Terre sont divisées en deux océaniques tendances inconciliables : celle des gnostiques de gauche, dits mondialistes et rationalistes (irrationnels !), contre celle des spirituels (spiritualistes) dits de droite, rationnels et catholiques. La division est irrémédiable, sauf pour le Christ Ressuscité actuellement délaissé : la gauche et la droite se sont reproposées, après de siècles de défaites, sous les formes de suiveurs des seules forces modernistes

Pourquoi ces deux mouvements  symétriques sont-ils si radicalement antagonistes ? Par le très évident manque ou inconscience totale des deux idées stratégiques qui devraient les supporter ! Malgré il soit sous l’accusation d’hérésie moderniste, le Catholicisme s’est maintenu, diamétralement à l’opposé du gnosticisme, plus ou moins, des autres religions. Il reste seulement le Christianisme orthodoxe […]