2020 avril

Saint Pape Jean-Paul II passera à l’histoire au moins pour trois mots à lui : « N’ayez pas peur ». À garantie avait tout de même la Trinité ! Le gnosticisme fait surface avec son mécréant propre à l’Italien moyen et massifié, privé désormais de la notion du Dieu toujours vivant, avec les premières conséquences du coronavirus. De sortir de l’Euro e de l’Europe même insultante outre que prédatrice, ou bien de s’opposer à l’interdiction du culte en église, on s’est presque résigné.

Il buonismo non è mai stato religioso e men che meno cattolico! Pensare che si possano trovare mediazioni con le culture nordiche, protestanti e abominanti è patologicamente masochista. Perché nessuno o quasi parla più di uscire dall’Euro, dalla Unione europea, dopo la Brexit? Eppure, mai si sono palesati tanti argomenti per poterlo pretendere come ora. […]

Savent-ils les politiciens européens pourquoi les souverainistes se bagarrent toujours avec les Pays dits rhénans (Allemagne, France, Benelux et associés) ? Il faut reconnaître que ces carolingiens ne sont pas très différents de leurs victimes plus pauvres du sud. Leur instinct prédateur les induit au même discours des régions du nord de chaque Pays (par exemple de l’Italie u en Catalogne) contre la vulgate méridionale des soi-disant toujours parasites !

La raison est que les nordiques européens sont généralement totalitaires dans leur mondialisme idéologique vicieux et rationaliste. Au fond, ils sont tous toujours gnostiques et sans Dieu… La lutte féroce en Union éuropéenne entre Pays du nord et ceux du sud et méditerranéens s’est encore plus agrandi à cause de la dévastation économique du coronavirus. […]

« Le catholique sans charité même le plus intelligent et honnête – disait saint Paul – ne fait qu’assourdir à la manière d’un inutile clairon ». Mais aussi le fidèle qui applaudit les politiques ecclésiales du néo-modernisme dominant dans l’actuelle Église nanisée, celle de la Vérité toujours douteuse et antimétaphysique (même du discussionisme œcuménique), devient le plus dévastant et hérétique, aujourd’hui complètement massifié.

Comment faire face à ces deux tragiques erreurs doctrinales qui constituent l’effrayante crise qui est en train détruire l’Église. Laquelle – c’est notoire – souffre et souffrira mais ne mourra jamais. En réalité, le manque ou la pénurie de charité, d’un côté,  et le plein de modernité jusqu’au modernisme dominant, de l’autre, ne sont pas […]

Pourquoi les véritables catholiques ne sont-ils jamais réductibles aux principes et aux logiques de l’homme mondain dit moderne ? Principalement par trois raisons : le soi-disant homme massifié n’est nullement moderne mais « moderniste » ; toute sa logique soi-disant concrète est erronément aveuglée par l’inversion entre les effets et leurs causes ; et à raison de la perte volontaire de ses principes humains de civilisation pour lesquels il croît être tout-puissant comme s’il était devenu (avec l’idole de la technique) Dieu lui-même.

L’actuel refus de l’Autorité divine et morale rend l’univers massifié superficiellement et paradoxalement subordonné à tous et à n’importe quoi. En particulier, cela le fait esclave du projet mondialiste qui le dépasse sans qu’il s’en aperçoive : en effet il vit dans une fictive hypercriticité, ordonné à son abrutissement de totale subordination hétérodirigée et factieuse. La […]